Elle

J’aime cet endroit.

Dès que j’en franchis le seuil, je respire ;

une petite maisonnette colorée, du bois ciré, des revêtements de pierre, des murs blancs cassé.

Son parfum l’habite.

Il flotte à travers les pièces et je le suis, je le happe, pour revivre chaque instant.

Je me rappelle l’expression de ses yeux lorsqu’elle est entrée,

sa curiosité délicieusement animée,

la rapidité avec laquelle elle a escaladé l’escalier et ce cri - son cri - lorsqu’elle m’a appelé pour découvrir le lit de notre bonheur :

une chambre minuscule, cachée sous les toits.

Notre petite bulle.

Jamais je ne pourrai quitter ma bien-aimée.

Elle est l’essence même de mon être.

Ses murs résonnent encore du bruit des assiettes qu’elle lançait avec colère, du son doré des rires qu’elle laissait échapper lorsque je la poursuivais.

Chaque petit éclat, chaque accroc me raconte.

Mes os craquent comme le bois, mes dents grincent comme ses portes, je tremble et vacille.

Je ferme les yeux et respire profondément.

Elle est là. Je la rejoins.

* * *

Dehors il pleut.

Un rideau opaque tend sa toile et l’anime.

Je suis dans mon fauteuil, bercé par le rythme de la pluie.

Le feu de la cheminée consume les bûches qui crépitent.

J’ai chaud.

Eclairés par la douce lueur des flammes, les tableaux du salon prennent vie.

L’ombre d’une chaise à barreaux emprisonne mon chat qui s’étire avec délice.

Je me sens bien.

Mots-clés :

© mars 2017 by Eva Baquey

  • Grey Twitter Icon
  • Grey LinkedIn Icon