Pulsations

Le soleil de lève. Les toits se font miroir.

Antoine entend ses talons résonner sur le pavé irrégulier.

Ils le mènent, en rythme, vers son café favori.

Comme à son habitude, il s’assied en terrasse contre la baie vitrée afin de se protéger de la brise matinale et commande un café.

Peu à peu les boutiques prennent vie, le tableau de la rue s’anime. Les étals raclent le sol et se chargent de formes colorées.

Les commerçants se saluent bruyamment.

Derrière lui la machine à café vrombit et il se prend à deviner le nombre de clients accoudés au comptoir.

Il compte le tintement des cuillères, le choc des tasses heurtant le bar en acier.

Epées striant le silence de plus en plus lointain, les éclats de rire, la chute d’un colis, le grincement d’un vélo captent son attention.

Tout à son plaisir, Antoine ne s’est pas aperçu que sa tasse était vide.

Un doigt levé, un regard intercepté et la machine à café se relance.

Deux coups francs sur la poubelle de marc, une note grinçante délivrant une nouvelle dose de café, le chuintement de la vapeur, Antoine ferme les yeux et fredonne « Money » des Pinks Floyd.

L’odeur alléchante émanant de la boulangerie jouxtant le café embrume soudain ses pensées.

Il irait bien se balader dans le labyrinthe des rues étroites, flâner et observer ses pains cherchant à capturer l’aiguille invisible du temps.

Se levant en avalant rapidement son breuvage matinal, il part, inquisiteur, à la poursuite de ses semblables.

Mots-clés :

© mars 2017 by Eva Baquey

  • Grey Twitter Icon
  • Grey LinkedIn Icon